Le Groupe en chiffres

Le Groupe en chiffres

Depuis 2016, le Groupe McPeak-Sirois travaille au Québec pour augmenter à la fois le nombre de protocoles de recherche en cancer du sein disponibles, le nombre de centres hospitaliers qui les offrent et le nombre de patient(e)s qui y participent. L’efficacité dans le démarrage des études, l’amélioration de l’expérience patient(e) et l’augmentation du transfert des connaissances au sein du Groupe sont d’autres bénéfices recherchés.

Le Groupe McPeak-Sirois, c’est :

113 médecins

28 infirmières

3 registraires

Le Groupe est l’un des plus importants consortiums de recherche clinique en cancer du sein au Canada et s’est positionné pour devenir LA porte d’entrée de tous les essais cliniques en cancer du sein au Québec.
De plus, le Groupe a mis sur pied le premier Registre québécois de cancer du sein métastatique.

10 centres hospitaliers

4 000 nouveaux cas/an

65% des nouveaux cas

L’objectif est d’étendre l’action du Groupe à l’ensemble du territoire québécois en créant des partenariats avec les CISSS et les CIUSSS de chacune des régions.

65%

Avec 10 sites, nous couvrons 65% des nouveaux cas annuels au Québec

41

études cliniques

19 pharmaceutiques et groupes collaboratifs

Le Groupe leur donne accès à un vaste réseau d’hôpitaux et de médecins investigateurs du Québec ainsi qu’à un plus grand bassin de patient(e)s potentiellement admissibles à leurs études.

+ de 580 patients.es

Ces personnes ont un accès accru aux thérapies innovantes, pas encore sur le marché, par le biais d’essais cliniques, ce qui se traduit par une amélioration des normes de soins, de la qualité de vie et du taux de survie.

120 jours pour démarrer les études

C’est notre cible de démarrage pour que plus d’études cliniques soient disponibles pour les chercheurs et hôpitaux. L’harmonisation opérationnelle au sein du consortium vise à réduire le temps à chaque étape de la mise en place des études.

+ de 300 cas répertoriés

Les données incluses dans le Registre de cancer du sein métastatique pourront soutenir des projets de recherche pour cette maladie et ainsi optimiser la pratique clinique.